Revenons quelques années en arrière, en 1957, lorsque le constructeur automobile, alors connu sous le nom de Daimler-Benz, rachetait la société Auto-Union GmbH. À l’époque, Auto-Union était un constructeur réputé de différents types de véhicules, de la moto au transporter, distribuant ses produits sous la marque DKW. Auto-Union ne jurait alors que par le moteur à deux temps, dont la demande périclitait pourtant. Aussi, en 1963, le constructeur présenta-t-il la F102, équipée de la fameuse motorisation, contre l’avertissement de Daimler, jugeant cette technologie obsolète. Il faut dire qu’à cette époque, les ingénieurs Daimler, sous la houlette du talentueux Ludwig Kraus, travaillaient à un modèle doté d’un moteur à quatre temps dans le but de remplacer la version à deux temps infructueuse. Les ingénieurs développèrent donc un moteur quatre cylindres en ligne avec une cylindrée de 1,7 litre, affichant une compression supérieure à la moyenne des moteurs essence. Cette nouvelle motorisation fut implantée dans le prototype W119 de Mercedes. Il était clair que ce prototype n’avait pas été développé pour Mercedes, mais pour Auto-Union.

Pourtant, Auto-Union ne voulait pas entendre parler d’un moteur à quatre temps, arguant que le moteur à deux temps était la marque de fabrique de DKW. Le fait qu’Auto-Union n’en démordait pas conduisit à des résultats si misérables que l’entreprise était presque certaine de sombrer dans l’oubli. Les ventes de la F 102 furent catastrophiques, alors que l’économie allemande se portait comme un charme à l’époque du «miracle économique», la période de croissance qui suivit la 2ème Guerre mondiale. La société Volkswagen AG aussi profita de cette situation inespérée et absorba Auto-Union le 1er janvier 1965. Des changements radicaux furent entrepris afin de sauver Auto-Union, entre-temps fort endettée. Ainsi, l’usine d’Ingolstadt se mit à produire, à partir de mai 1965, jusqu’à 500 VW Coccinelle par jour, également du fait que la capacité de production à Wolfsburg s’avérait trop faible et qu’Ingolstadt ne croulait pas sous le travail.

De nombreux collaborateurs d’Auto-Union furent licenciés après la reprise de Volkswagen. L’ingénieur Ludwig Kraus, lui, ne faisait pas partie du lot et put, dans le cadre de ses nouvelles fonctions de directeur technique, travailler au développement du modèle connu sous son nom de projet, la F 103. Développé en amont, le «moteur à pression moyenne», suivant le principe des quatre temps, fut implanté dans l’ancienne F 102, sachant que 15 prototypes de ce modèle étaient terminés au printemps 1965 et portaient le nom de F 103. Le moteur à pression moyenne affichait une compression supérieure à celle d’un moteur essence classique, mais inférieure à celle d’un diesel, et nécessitait un carburant contenant du plomb. La désignation de ce moteur provient de sa pression de fonctionnement moyenne très élevée pour l’époque. Ainsi, le modèle équipé du moteur à quatre temps devait être baptisé autrement, vu que ni DKW, pour son attachement au moteur deux temps, ni Auto-Union n’entraient en ligne de compte pour Heinrich Nordhoff, alors chef de Volkswagen. En remplaçant DKW par Audi, on reprenait ainsi un nom qui appartenait à Auto-Union et qui, durant les années précédant la guerre, avait été synonyme d’avancée technique. En effet, les quatre marques indépendantes Audi, DKW, Horch et Wanderer avaient à l’époque été réunies sous l’enseigne d’Auto-Union, quatre noms symbolisés par le logo des quatre anneaux entrelacés. La première nouvelle Audi fut produite le 13 août 1965, à point nommé pour l’IAA de Francfort qui démarrait en septembre. Chez Auto-Union, les réjouissances allaient bon train. Le modèle fut promu en ces termes:

L’Audi est l’unique véhicule à disposer d’un moteur à pression moyenne. Elle est insolite, car elle jouit d’une compression supérieure à celle de tout autre modèle à quatre temps comparable. Insolite aussi du fait de ses parents. Mercedes-Benz l’a développée. Auto-Union l’a construite.

Vu qu’il était impossible de tomber d’accord sur un nom pour le projet Audi F 103, ce premier modèle fut tout simplement baptisé Audi, sans autre désignation. En interne pourtant, on l’appela Audi 72, au vu du nombre de ses chevaux. Il s’agissait d’une berline à traction avant, équipée d’un moteur à quatre temps de quatre cylindres, avec une cylindrée de 1,7 litre. Elle servit de modèle aux Audi 60 et Super 90, qui connurent un franc succès. Suivirent d’autres modèles avec des motorisations pouvant développer jusqu’à 90 ch, sans oublier une variante break aussi. Audi peut qualifier ce dernier de modèle à succès. En effet, quelque 470 000 unités furent fabriquées jusqu’à l’interruption de la production, en 1972. Tous nos vœux pour ce 50ème anniversaire!

Les actualités et le contexte de l’univers automobile. Abonnez-vous dès maintenant.

Il n'y a pas encore de commentaires.