Mise à jour concernant le coronavirus

En mars 2020, AMAG a décidé, en accord avec le constructeur, de suspendre la réception des livraisons de véhicules neufs dans les centres logistiques de véhicules de Birrfeld et de Studen. Dans le même temps, compte tenu du caractère incertain de la situation, plus aucune commande de voitures neuves n’a été envoyée à l’usine, à de rares exceptions près (commandes des pouvoirs publics ou des clients de flotte importants, …). À la suite de la fermeture des frontières, la livraison des véhicules neufs sur les marchés a été stoppée, de même que la production dans les usines des constructeurs. Les exemplaires déjà fabriqués à cette date ont été entreposés dans le «banking», le stock intermédiaire d’usine. AMAG a de nouveau autorisé les réceptions de véhicules le 21 avril dernier pour la totalité des cinq marques importées. Les usines ont donc repris les livraisons de véhicules nouvellement produits (à partir du 27 avril) et des exemplaires issus du banking à destination de la Suisse. La production a repris dans certaines usines le 27 avril 2020. Les nouvelles commandes et les commandes en cours sont de nouveau programmées et produites depuis cette date, mais avec de fortes disparités selon la marque ou le modèle et donc selon le lieu de production.

Cet arriéré de commandes, de planifications et de livraisons a naturellement un impact sur les livraisons aux clients des véhicules commandés pour la Suisse. Dans la mesure où la production dans les pays d’origine est elle-même liée à la chaîne logistique, les retards pourraient se prolonger d’autant. Les différences de délai de livraison d’une marque et d’un modèle à l’autre persisteront à moyen terme. Il est encore trop tôt pour pouvoir dire de quelle nature seront les retards de livraison. Les marques travaillent actuellement avec les fabricants pour établir de nouveaux plans de volumes et de panachage de modèles, afin de donner aux concessionnaires et aux clients les perspectives les plus fiables possible pour leurs commandes.

Toutes les divisions de marque observent attentivement l’évolution de la situation jour après jour dans le pipeline et sont par conséquent en contact étroit avec le constructeur. Compte tenu du caractère exceptionnel de la situation, des réunions de coordination sont également organisées plusieurs fois par semaine entre les marques afin d’observer au plus près les risques et les opportunités, y compris au sein du réseau de vente. La situation reste pour l’instant très précaire et peut encore réserver des surprises.

Nous recevons actuellement (début mai) une centaine de véhicules neufs par jour en moyenne dans nos centres logistiques de véhicules de Birrfeld et de Studen. Ce nombre s’élève à plus de 400 en temps normal. Les choses peuvent changer dès la semaine prochaine, dans un sens comme dans l’autre.

Un long processus de développement et de recherche est nécessaire avant qu’un nouveau véhicule ne voie le jour. Une fois que le prototype a été mis en œuvre avec succès, l’étape suivante est la production en série. Toutefois, avant le début de la production de chaque modèle de véhicule, on analyse le nombre de véhicules nécessaire par marché.

À partir de la phase de développement, combien de temps faut-il pour qu’un véhicule soit mis en vente?

La règle générale est la suivante: après le lancement d’un modèle. C’est avant le lancement d’un nouveau modèle. Cela signifie qu’aussitôt qu’un produit est sur le marché, la phase de développement de la prochaine génération a recommencé. En fonction de l’ampleur du développement, c’est-à-dire de ce qui est renouvelé sur le véhicule, ce processus peut prendre de 36 mois à cinq ans environ. Outre le développement de véhicules à proprement parlé, viennent ensuite la phase de test et le développement de la production.

Pendant cette période, les constructeurs entrent en contact avec les importateurs et les sociétés nationales. À ce stade, le nombre de modèles nécessaire pour chaque marché est défini avec les responsables de l’importation des marques. Cette évaluation est basée, par exemple, sur les chiffres de vente du modèle précédent ou de modèles similaires avec le même moteur. Si une marque met sur le marché un type de véhicule complètement nouveau, il est un peu plus difficile d’évaluer le comportement d’achat futur sur son propre marché, car celui-ci doit être basé, par exemple, sur les tendances du marché et les études de consommateur plutôt que sur des valeurs empiriques.

Sur la base des réactions des pays distributeurs, le constructeur planifie alors la production, c’est-à-dire le chiffre d’affaires total attendu pour le modèle en question. Il commande les composants auprès de ses fournisseurs en conséquence, car ceux-ci doivent être préfabriqués afin que la date de lancement du modèle de véhicule prévue puisse être respectée.

Combien de temps faut-il habituellement pour la livraison de l’usine au concessionnaire?

Cela dépend du lieu de production. Alors que les voitures construites à Wolfsburg peuvent être livrées en Suisse une semaine après avoir quitté le «point de comptage 8» – le contrôle du produit fini –, le transport d’un véhicule construit au Mexique à lui seul prend plusieurs semaines: de l’usine au port, puis la traversée de l’océan jusqu’à Emden. Et de là, généralement, le véhicule est chargé sur un train afin d’être acheminé entre Suisse.

Combien de temps faut-il pour produire un véhicule en usine?

Le délai de fabrication pur varie en fonction du type de production. Alors qu’une Golf peut être assemblée en l’espace de 14 heures environ, une Audi, avec individualisation exclusive Audi, peut prendre plus d’une semaine. Ceci n’inclut pas le temps de production des composants que les fournisseurs doivent livrer à la chaîne d’assemblage.

Pourquoi, en dépit de cette bonne planification, les délais de livraison sont-ils parfois tout de même plus longs?

Il arrive – et c’est particulièrement le cas pour les nouveaux types de véhicules – qu’un produit explose tout à coup dans plusieurs pays et, dans ce cas, l’évaluation de la demande, réalisée par les représentants des concessionnaires plusieurs mois auparavant, est trop faible. Cette demande excédentaire dépasse le nombre de véhicules prévu dans la planification de la production et la production n’arrive plus à satisfaire la demande. Toute la chaîne logistique est retardée car les éléments de construction des fournisseurs doivent également être précommandés.

La production d’une voiture prend du temps. Les constructeurs tentent bien sûr de compenser la forte demande. Pour la préfabrication des éléments de construction, ils peuvent faire appel à d’autres fournisseurs. Mais ceux-ci doivent aussi les préfabriquer. Chaque usine de construction dispose d’une capacité d’espace maximale et les ressources de travail ne peuvent pas être exploitées jusqu’à être surchargées.

Par conséquent, il peut arriver qu’au moment même où l’on achète un nouveau véhicule, cette chaîne logistique soit déjà surchargée. Dans ce cas, le délai de livraison des véhicules neufs sera retardé.

 

Des véhicules ŠKODA sont déchargés du camion au centre logistique des véhicules

Un camion transportant des nouveaux véhicules ŠKODA est déchargé au centre logistique de véhicules AMAG à Studen

Comment éviter un long délai de livraison de véhicules neufs?

La façon la plus rapide d’entrer en possession d’un véhicule neuf est de choisir un véhicule préconfiguré, exposé chez le concessionnaire, dont l’équipement correspond à peu près à celui du véhicule de ses rêves ou d’acheter un véhicule déjà commandé par le concessionnaire, qui est encore en cours de transit mais qui arrivera bientôt en Suisse.

Une réponse absolue n’est pas possible pour un véhicule que l’on a configuré soi-même. En principe, on peut dire que moins il y a d’extras configurés, plus vite il sera livré. Mais, comme toute règle, elle a aussi son exception: si une option est beaucoup plus populaire que prévu, il peut arriver qu’il y ait des difficultés de réapprovisionnement. Et dans ce cas aussi, il faudra de la patience pour le délai de livraison des véhicules neufs.

 


Comment ma voiture arrive-t-elle en Suisse?

Avant que le concessionnaire ne puisse réceptionner un nouveau véhicule des marques VW, Audi, SEAT, ŠKODA ou VW Véhicules Utilitaires, le véhicule est acheminé en Suisse par chemin de fer ou par camion via le centre logistique véhicules d’AMAG à Lupfig (AG).

Par quelles étapes le véhicule y passe-t-il?

 


 

 

Il n'y a pas encore de commentaires.