Le vendredi 29 septembre 2017, Lukas Gähwiler a donné une conférence sur l’évolution effervescente du secteur bancaire en Suisse. Au cours des dernières années, notamment la crise du Franc a touché un bon nombre d’entreprises suisses, mais pourtant, grâce à de bonnes conditions-cadres et à des collaborateurs fiables, le pire a pu être évité. En outre, Lukas Gähwiler souligne que dans de telles situations de crise, il serait important de penser et d’agir ensemble et de ne pas s’en tenir à la position de base «Grand contre petit».

Lukas Gähwiler parle sur l’évolution effervescente du secteur bancaire

Lukas Gähwiler parle sur l’évolution effervescente du secteur bancaire

Morten Hannesbo, CEO d’AMAG, était du même avis et a ajouté que lors d’une crise dans l’entreprise, les plus touchés seraient avant tout les collaborateurs sur le terrain et qu’il faudrait les soutenir au mieux. Il serait aussi impératif de savoir que chaque crise a une fin et qu’une entreprise n’en ressort que plus forte.

Quatre facteurs importans

Lukas Gähwiler a énoncé quatre facteurs qui influencent non seulement les affaires bancaires, mais aussi d’autres secteurs d’activité. Ce sont selon lui des sujets importants:

  1. Environnement macroéconomique/économique
  2. Numérisation
  3. Régulation
  4. Démographie

Concrètement, cela signifie qu’il faudrait conserver l’attrait dont dispose la Suisse, a ajouté M. Gähwiler. En raison de son système politique, la Suisse possède de nombreux avantages, mais dans le même temps, il faudrait renforcer et améliorer davantage la place économique suisse. Pour y parvenir, le mieux serait de promouvoir un droit du travail libéral et un bon système de formation ainsi qu’une fiscalité attrayante, une bonne infrastructure et une régulation modérée.

Morten Hannesbo, Lukas Gähwiler et Nik Hartmann pendant la conversation

Morten Hannesbo, Lukas Gähwiler et Nik Hartmann pendant la conversation

En outre, à l’ère du numérique, il ne faudrait pas oublier les valeurs traditionnelles dans une entreprise, conclut Lukas Gähwiler. Pour lui comme pour Morten Hannesbo, les traditions seraient notamment bonnes lorsqu’elles transmettent des valeurs et des notions éprouvées. Tous deux s’accordent sur le fait que la recette du succès d’une entreprise agile serait de pouvoir bouger dans cette époque agitée sans pour autant oublier ses racines.

Les actualités et le contexte de l’univers automobile. Abbonnez-vous dès maintenant.

Il n'y a pas encore de commentaires.