Cristina, raconte-nous ton parcours professionnel.

J’ai des racines espagnoles et j’ai grandi dans le «Rüebliland» (canton d’Argovie), où j’ai également été scolarisée. Après un apprentissage commercial, je suis allée d’abord en Angleterre, puis en Suisse romande pour apprendre les langues. Je suis restée à Lausanne et j’ai travaillé chez Philipp Morris pendant plusieurs années. Après un intermède à l’agence de publicité Michael Conrad & Leo Burnett à Francfort-sur-le-Main, je suis revenue en Suisse alémanique en 1998. C’est là que ma carrière m’a conduit, en passant par diverses agences de publicité, à l’industrie automobile, où j’ai commencé en 2005 chez General Motors en tant que Specialist Advertising. Après huit ans, j’ai décidé de faire une pause prolongée et j’ai voyagé seule à travers le nord et le sud de l’Inde. C’est là que je suis entrée en contact avec le yoga et l’ayurveda, ce qui m’a immédiatement fascinée et enthousiasmée. Aujourd’hui encore, je pratique les deux très activement. En Inde, en tant que femme voyageant seule, j’ai fait l’expérience de beaucoup de serviabilité et d’ouverture et je ne garde que des souvenirs positifs de cette période. Après mon retour, je suis restée fidèle à l’industrie automobile et j’ai commencé comme spécialiste en communication MINI Suisse chez BMW Suisse. En 2018, j’ai eu l’opportunité d’occuper le poste de Marketing Coordinator Van chez Mercedes-Benz Suisse, ce qui m’a finalement amené chez AMAG Leasing AG en décembre 2020.

Comment as-tu vécu tes 100 premiers jours chez AMAG?

Mes débuts au travail étaient encore fortement influencés par la pandémie du coronavirus et c’était un défi de trouver mon chemin toute seule et depuis le bureau à domicile. L’environnement social et les échanges m’ont définitivement manqué. Le fait d’avoir bénéficié d’un programme d’initiation systématique et le fait que tous les collègues aient été très serviables m’ont certainement aidé. Un autre obstacle pour moi était que je changeais de carrière et que je ne connaissais pas du tout le secteur de la finance et du leasing. C’est pourquoi, dès que cela a été possible, j’ai établi des contacts avec le plus grand nombre de personnes possible au bureau afin de mieux comprendre l’environnement et le travail.

À propos de Cristina Rodriguez

Personne: Cristina Rodriguez, âgé de plus de 50 ans

Fonction: Marketing Manager, AMAG Leasing AG
Intérêts et loisirs: Voyages (aime voyager seule)
Cuisinière et hôtesse passionnée
Yoga, Ayurveda
Plongée

Tu t’es à nouveau réorientée à plus de 50 ans. Comment as-tu assuré ton employabilité et quelles expériences as-tu faites sur le marché du travail?

Je ne pense pas qu’on ait plus ou moins de chances sur le marché du travail à 50 ans. En fin de compte, ce sont les bonnes qualifications et l’expérience qui comptent. Je ne cherchais pas activement, mais j’ai vu le poste intéressant chez AMAG, j’ai postulé et j’ai été rapidement embauchée. De mon point de vue, il est très important de cultiver activement son réseau, de se perfectionner régulièrement, d’être ouvert à la nouveauté et d’avoir une attitude de base positive. Je suis membre du Swiss Marketing Club depuis des années et je fais partie du conseil d’administration. Cela m’a permis de constituer un vaste réseau dans lequel les gens peuvent échanger des idées et avoir accès à des sujets qui ne seraient pas possibles autrement.

Quels conseils donnerais-tu aux autres personnes de plus de 50 ans concernant le marché du travail?

Comme je l’ai déjà mentionné, il est important de garder les yeux et les oreilles ouverts, de cultiver son réseau et de saisir les opportunités qui se présentent. Une formation continue régulière et la connaissance des dernières tendances et technologies devraient également aller de soi. Je connais des personnes dans mon entourage qui n’ont pas suivi une formation depuis leur apprentissage. Il devient assez difficile de devoir se réorienter soudainement à cet âge.

Il n'y a pas encore de commentaires.