Prof. Dr. Andreas Herrmann von der Universität St. GallenLe professeur Andreas Herrmann de l’université de Saint-Gall a montré lors de l’événement «What’s new?» organisé par l’AMAG Innovation & Venture LAB comment la conduite autonome peut influencer notre avenir.

 

Partager au lieu d’acheter et se faire conduire au lieu de conduire soi-même

Depuis l’invention de l’automobile à la fin du 19e siècle, il ne s’est pas passé grand-chose pendant longtemps: une voiture est achetée et conduite. Ce n’est qu’au cours des dernières années que des modèles alternatifs ont fait leur apparition autour de la voiture: aujourd’hui, il est possible non seulement d’acheter ou de louer une voiture, mais aussi de la partager voire de s’y abonner.

De plus, pendant tout un siècle, la devise était la suivante: l’homme est le chef dans la voiture. Avec les nombreux systèmes d’assistance dans le véhicule, cette frontière est lentement repoussée. On distingue à cet égard cinq niveaux d’automatisation:

À l’heure actuelle, nous nous trouvons au niveau 2. Les systèmes d’assistance à la conduite soutiennent le conducteur mais la responsabilité du véhicule incombe toujours au conducteur.

Les avantages de «se faire conduire»

Outre le sentiment d’arriver à destination reposé, la conduite entièrement automatisée offre d’autres avantages pour la société, dans la mesure où les conditions-cadres légales et éthiques sont clarifiées

1. Life: réduction du nombre d’accidents

Le facteur humain joue le rôle central dans la majorité des accidents de voiture. Plus de 90% des accidents sont occasionnés par l’homme. Des villes comme Los Angeles exigent que jusqu’en 2025, plus personne ne perde sa vie en raison d’un accident automobile. Ceci exige une technologie sur laquelle on peut compter. Une machine peut être programmée et réagit de la même manière dans toutes les situations.

2. Time: meilleur flot de véhicules

Des livres entiers de recherches se consacrent à la formation des embouteillages. Nous l’avons sans doute tous déjà remarqué: un freinage abrupt dû à un rapprochement excessif ou à un freinage trop tardif favorise des embouteillages. Un véhicule autonome garde une distance constante par rapport au véhicule précédent. Lorsque plusieurs véhicules autonomes communiquent et interagissent entre eux, il est plus facile d’éviter les embouteillages. L’expérience dans la vidéo montre comment une voiture autonome dans le groupe empêche que les voitures ne doivent freiner trop brusquement. Ceci permet d’éviter la formation d’un embouteillage.

Sans véhicule autonome:

Avec un véhicule autonome:

3. Energy: amélioration de la consommation

Lors de la conduite, on devrait veiller à ne pas gaspiller inutilement de l’énergie (qu’il s’agisse de carburant ou de la capacité de chargement). À l’avenir, lorsque les véhicules hautement automatisés communiqueront entre eux, voire avec les infrastructures de transport comme les feux de signalisation, leur mode de conduite préventif permettra de réduire sensiblement la consommation.

4. Space: réduction de l’espace de stationnement

Imaginez que la voiture entre automatiquement et de manière autonome dans le parking, qu’elle se gare dans une place libre et qu’elle en ressorte sur commande. Cela permettrait de gagner beaucoup de place. D’une part dans les parkings, puisque les cages d’escalier pour les piétons ou les espaces entre les véhicules pour monter et descendre deviennent superflus. D’autre part, dans les villes également, étant donné que les voitures ne devraient pas nécessairement se trouver à côté du cinéma ou du parc. Elles pourraient déposer le conducteur à l’endroit souhaité puis aller se garer de manière autonome.

Exemples tirés de la pratique

Bien entendu, ceci n’est en grande partie encore qu’un doux rêve. Mais les projets actuels mènent à des conclusions intéressantes et montrent que ces points sont à l’ordre du jour. Voici quelques exemples:

En Suisse, certaines villes testent ou ont déjà testé des bus autonomes dans des zones délimitées. C’est le cas par exemple de Sion ou de Fribourg.

Autre exemple: The Villages en Floride. Cette ville abrite 125 000 habitants, principalement des retraités. En raison de la faible densité de circulation et du guidage du trafic, elle est idéale pour les voitures autonomes. Outre ces conditions de trafic optimales, les habitants favorisent également la conduite autonome. En raison de leur âge, ils n’aiment souvent plus conduire eux-mêmes ou ne sont plus capables de le faire, c’est pourquoi ils ont volontiers recours aux véhicules autonomes.

À Tokyo, un essai avec un robotaxi vient d’être lancé: celui-ci enlève les passagers au niveau de grands nœuds de transport comme l’aéroport et les emmène en ville.

De nombreux scientifiques voient l’avenir de la conduite autonome tout d’abord dans des zones restreintes présentant des conditions de circulation calmes. Il faudra attendre encore un certain nombre d’années avant que nous rencontrions les voitures autonomes partout dans les villes.

Autres articles sur le blog sur le thème de la technologie et de l’innovation:

La micromobilité: le vélo électrique et le scooter électrique, concurrents de la voiture?
Quel sera l’avenir de la mobilité?
AMAG Mobility Solutions: des solutions de mobilité pour les zones résidentielles et professionnelles
La conduite autonome, d’hier à aujourd’hui
Systèmes d’assistance à la conduite: sommes-nous en sécurité lorsque nous prenons la route?
Protection et sécurité des données des voitures modernes

Modèles d’abonnement dans le domaine de l’automobile
Intelligence artificielle: l’avenir apprend de lui-même
Recharge des voitures électriques: comment cela fonctionne-t-il?
«Une Smart City est comparable à une ruche»

Autres articles sur le thème de la technologie et de l’innovation

 

 

Il n'y a pas encore de commentaires.