Für Dusan Milakovic, Leiter AMAG Grundausbildung, ist eine gute Berufsausbildung unerlässlich.

Pour Dusan Milakovic, responsable formation AMAG, souligne que une bonne Formation est indispensable.

Pour AMAG, la formation de ses collaborateurs dans le commerce automobile est d’une grande importance. Car seule une équipe motivée et qualifiée est en mesure de garantir un excellent service. Dusan Milakovic, responsable formation AMAG, souligne: «Une bonne formation est indispensable, afin d’être compétitif sur le marché. C’est pourquoi nous nous efforçons en permanence de proposer des programmes de formation passionnants et diversifiés dans les différents domaines de travail.» Avec son programme de formation, AMAG contribue à ce que la relève de la branche soit bien formée et fait ainsi preuve d’une grande responsabilité envers la société.

Chez AMAG, la proportion d’apprentis (13 métiers d’apprentissage) représente presque 11 % de tous les collaborateurs avec plus de 700 apprentis. Parmi eux on trouve 637 hommes (88 %) et 89 femmes (12 %).  Si l’on se penche sur la répartition dans les régions linguistiques, 534 (73 %) viennent de Suisse alémanique, 157 (22 %) de Suisse romande et 35 (5 %) de Suisse italienne.

Répartition dans les régions linguistiques 2018

 

Personne n’échappe à la numérisation

En raison de la numérisation, la formation des apprentis a considérablement changé ces dernières années. L’époque des tonnes de livres à apporter en cours et des notes à prendre à la main sera bientôt révolue. «À l’école professionnelle, le slogan «bring your own device» s’impose de plus en plus. Si quelqu’un ne peut pas se permettre l’achat d’un appareil électronique, il y a aussi certaines écoles qui le lui prêteront» explique Dusan Milakovic.

«Le développement numérique va même jusqu’à augmenter la part du «travail informatique» dans la mécatronique automobile », ajoute-t-il. Dans un avenir proche, la numérisation aura certainement un impact supplémentaire sur la formation professionnelle. «Dans le domaine de la logistique en particulier, je vois d’excellentes possibilités d’optimiser les processus grâce aux changements numériques», a déclaré Dusan. «Et les voitures elles-mêmes ont tendance à se transformer en ordinateurs mobiles.»

Les objectifs de formation restent solidement ancrés

Malgré toutes ces influences numériques, les objectifs éducatifs de base restent toujours les mêmes. Les apprentis AMAG doivent remplir les exigences suivantes:

  • Posséder au moins les connaissances et les aptitudes nécessaires au processus de qualification (examen de fin d’apprentissage), comme prévu dans le plan de formation.
  • Pouvoir exécuter de manière autonome des travaux exigeants qui auront été appris et s’inscrivent dans leur domaine de travail.
  • Être capable de transmettre ses connaissances à d’autres collaborateurs en s’exprimant de manière claire et compréhensible.

Grâce au système d’éducation dual, ces exigences peuvent être entièrement satisfaites. Cela est également confirmé par le taux de réussite actuel d’environ 94 % (QV 2018). Actuellement, ce sont près de 50 % des apprentis qui restent chez AMAG après leur apprentissage. L’objectif est naturellement que ce nombre continue d’augmenter. Car le recrutement coûte généralement beaucoup plus cher que la formation des employés.

Répartition des apprentis d’AMAG dans les différents cantons

Le système d’éducation dual suisse présente un autre avantage: le taux de chômage est particulièrement faible chez les jeunes. À l’heure actuelle, on constate même une pénurie de personnel qualifié dans les professions techniques, en particulier dans le domaine de la carrosserie. Il est donc d’autant plus important que des offres de formation attrayantes soient disponibles pour les apprentis. Dusan Milakovic ajoute: «Cela relève aussi de la responsabilité des entreprises AMAG. Les étudiants doivent apprécier leur travail et se sentir entre de bonnes mains.»

 

Le prix national de la formation remporté fin 2016, créé en partenariat avec la fondation Hans Huber et la fondation FH SWITZERLAND, confirme que la formation chez AMAG constitue une base précieuse pour les carrières futures. L’ancien président de la confédération, Monsieur Johann Schneider-Ammann, a décrit la formation professionnelle comme un facteur de succès décisif dans le secteur économique et a convenu avec le jury qu’AMAG avait mérité le prix national de l’éducation.

 

Plus d’articles sur ce sujet:

Conseils pour un apprentissage réussi

Comment bien poser sa candidature?

Le «Bus des métiers» prend la route

Il n'y a pas encore de commentaires.