Dans les années à venir, le monde du travail et le comportement de consommation seront de plus en plus marqués par la génération Z (née après 1995). Quantité de représentants de cette génération sont encore aujourd’hui apprentis, élèves ou étudiants. Bientôt, ils acquerront leurs premières expériences au sein de l’univers professionnel. Mais c’est dès à présent qu’ils font entendre leurs voix par leurs idées et leurs postures. Pour inspirer la jeune génération et leur offrir la possibilité de s’immerger dans le monde économique, le Swiss Economic Forum organise le camp «SEF NextGen» destiné aux jeunes adultes. Le SEF NextGen leur permet d’aborder les véritables défis du monde du travail et d’apporter des solutions d’une manière dénuée de tous préjugés. Cette année, le camp s’est tenu à Montreux, au bord du lac Léman. L’AMAG Innovation & Venture LAB était de la partie en qualité de mandant, amenant dans ses bagages un cas d’étude passionnant pour les participants.

Mais pourquoi donc le LAB, avec ses experts en mobilité, porte-t-il de l’intérêt à ce groupe cible plus jeune? Sans cesse en mouvement, l’univers de la mobilité subit des mutations rapides. Pour parvenir à découvrir les tendances et à investir dans des start-ups prometteuses, des visions sont indispensables. Celles-ci sont formées d’idées, d’innovations et d’inspirations. Et c’est là qu’intervient la génération Z. Avec leur caractère rafraîchissant et leur posture critique, les jeunes répondent aux défis avec brio. Des prérequis optima pour débattre avec eux de la mobilité de demain.

Swiss Economic Forum 2020

Arrivée à Montreux, une délégation du LAB a soumis son cas d’étude aux participants (voir photo à gauche). Portées par l’enthousiasme de la mobilité, trois équipes se sont mises à l’œuvre. La mission consistait à imaginer un service de mobilité pour le futur. Les jeunes gens avaient quatre jours pour mener à bien leur tâche. Parallèlement à l’étude de cas de l’entrepreneur, le camp servit en outre de plateforme d’échanges avec des acteurs économiques de premier plan et des experts.

Le deuxième jour du Swiss Economic Forum, les jeunes passèrent aux choses sérieuses. Avec quelque nervosité, mais aussi une grande joie anticipée, ils prirent le chemin du centre de congrès pour exposer leurs idées aux mandants. Chaque groupe disposait de trois minutes maximum pour la présentation, pour faire en sorte que leurs concepts séduisent. Puis, finalement, ça a commencé. S’inspirant du développement durable et des interactions sociales, le premier groupe conçut une plateforme d’autopartage. Cet outil doit permettre aux pendulaires de faire ensemble les allers-retours en voiture pour le travail. En contre-partie, les conducteurs reçoivent des offres attrayantes de l’exploitant de la plateforme. Une flexibilité accrue fut un besoin du second groupe. De ce fait, ses membres présentèrent un modèle d’abonnement automobile grâce auquel le client a la possibilité de permuter entre différentes catégories de véhicule. Le troisième groupe se focalisa sur les besoins de chaque client. Le comportement de conduite permet en effet de tirer des conclusions importantes sur le client et d’établir des offres individuelles.

En quelques jours, la «Gen Z» – comme on appelle aussi les jeunes– a réussi à se projeter dans l’univers de la mobilité et à développer des concepts commerciaux intéressants. Leurs suggestions confirment la position d’AMAG en tant qu’entreprise innovante, cette dernière répondant d’ores et déjà à un large éventail de besoins. Clyde est une start-up qui joue brillamment sur tous les tableaux sur le marché de l’abonnement automobile , tandis qu’autoSense propose un dongle pour la transmission d’informations sur les véhicules.

C’est le sac à dos bourré d’impressions positives que la délégation est repartie de Montreux. Les échanges avec les participants et l’enthousiasme affiché par la jeune génération pour les solutions de mobilité furent plus qu’enrichissants.

 

La vidéo suivante résume les moments forts du camp :

 

Il n'y a pas encore de commentaires.