Depuis huit mois, Urs Utzinger conduit la nouvelle e-Golf. Pour lui, la mobilité et l’environnement revêtent la même importance. C’est pourquoi, en achetant un nouveau véhicule, il a opté pour un moteur entièrement électrique au lieu d’un moteur à combustion. Dans notre interview, il a partagé avec nous ses expériences avec ce système de propulsion alternatif.

Bonjour monsieur Utzinger. Depuis huit mois environ, vous conduisez la nouvelle e-Golf. Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans cette voiture?

Deux éléments me plaisent tout particulièrement: d’une part, sa propulsion absolument fantastique qui entre en action dès le démarrage grâce au moteur électrique, tandis qu’avec un moteur à combustion, la puissance ne se développe qu’à partir d’un certain régime. On peut dire ce que l’on veut, mais l’e-Golf démarre comme une fusée! D’autre part, j’aime beaucoup le gadget du calcul de l’équivalent en essence, l’unité de référence pour la consommation d’énergie des moyens de transport. J’adore calculer ce que coûte un trajet avec l’e-Golf et ce qu’il coûterait avec une Golf à propulsion conventionnelle. Ce qui me plaît aussi beaucoup, c’est que l’e-Golf n’est pas un projet d’essai ni un projet pilote. L’e-Golf se base sur une voiture qui parcoure la route déjà depuis plus de 40 ans – et maintenant avec un nouveau mode de propulsion. C’est un véhicule on ne peut plus fiable avec un réseau Service dense, auquel je n’ai, jusqu’à présent, pas encore dû faire appel. L’e-Golf est une voiture qui tient ses promesses. Elle a un grand coffre, offre de l’espace et elle est confortable pour les longs trajets.

Urs Utzinger devant sa e-Golf grise

Urs Utzinger de Sempach, conducteur d’une e-Golf

Quelles différences avez-vous constatées par rapport au moteur à combustion?

On n’entend pas de bruit dans l’habitacle lors de la conduite, ce qui la rend très agréable. Et puis, je n’ai plus besoin de chercher de stations-service puisque j’ai ma propre «pompe» chez moi.

Ce qui nous amène directement à la prochaine question: comment faites-vous pour faire le plein?

J’avais déjà des panneaux solaires sur le toit de ma maison et je produis ma propre électricité. C’est pourquoi, c’était évident pour moi de mettre en place une station de recharge. Le chargement est aussi beaucoup plus rapide que si l’on rechargerait la batterie sur une prise domestique. Normalement, je recharge mon véhicule rapidement afin que les batteries soient toujours pleines.

Comment avez-vous planifié vos itinéraires pour les trajets plus longs?

Pour les voitures électriques, les questions que l’on pose tout d’abord sont celles de l’autonomie et si on s’est déjà retrouvé sans électricité sur la route. À mon avis, ces questions sont prises trop au sérieux, car l’autonomie est d’environ 220 km ce qui est amplement suffisant en général. L’été dernier nous sommes allés au Tessin avec cinq personnes dans l’e-Golf. Mon but était de rouler depuis chez moi jusqu’à Lugano sans devoir la recharger. Nous avons fait le calcul en tenant compte de l’autoroute, sachant que les véhicules électriques y consomment plus d’électricité en comparaison. Nous avons même traversé le col du Saint-Gothard au lieu de prendre le tunnel. Arrivé au col, l’état de charge de la batterie était encore à 32 %. En descendant la route du col, le véhicule a bien sûr récupéré de l’énergie et s’est rechargé. À Locarno, les enfants sont sortis et nous avons fait un tour supplémentaire. Arrivé chez AMAG Lugano, il nous restait encore 12 % et nous avons rechargé l’e-Golf en l’espace de 45 minutes. Il est vrai que j’ai planifié ce voyage de manière différente. J’ai regardé au préalable où se trouvaient des stations de recharge sur la route. En plus, je n’ai pas conduit jusqu’aux limites, par exemple, au lieu de traverser la vallée uranaise à 120 km/h je n’ai roulé qu’à 100 km/h. Au total, cela a fait 220 km environ, trajets de montagne inclus, et ça a très bien fonctionné.

Où avez-vous cherché les stations de recharge?

L’e-Golf me montre où se trouvent les stations de recharge disponibles pour l’itinéraire saisi. Au col du Gothard, par exemple, elle m’a indiqué que la charge de la batterie ne suffirait éventuellement pas pour arriver à destination. En même temps, elle m’a proposé des stations de recharge à proximité. Et bien sûr j’utilise aussi l’une des nombreuses applications pour téléphones portables.

Avez-vous encore d’autres conseils en ce qui concerne le maniement du véhicule?

L’e-Golf est une voiture tout à fait normale – seulement sans bruits de moteur. Elle offre tous les avantage d’une Golf et on n’a pas du tout besoin de s’adapter en conduisant! Évidemment, pour les trajets longs, il faut se préparer à l’avance pour que la charge de la batterie soit suffisante. Quand je réserve une chambre d’hôtel, je vérifie s’il y a une station de recharge, et je préviens l’hôtel que je voyage en voiture électrique afin que la station soit pré-réservée. Le temps nécessaire à recharger la batterie doit être pris en compte pour le temps de voyage, car cela ne prend pas 5 minutes mais 30 minutes. Mais on peut aussi en profiter pour prendre un en-cas ou le repas de midi.

Avez-vous encore d’autres conseils pour ceux qui souhaitent passer à un véhicule électrique?

À l’achat, les véhicules électriques sont clairement plus chers que les véhicules comparables à moteur à combustion. Mais ensuite, la conduite elle-même est nettement moins chère. Comme j’aime bien faire des calculs, pour m’amuser j’ai comparé les coûts d’une e-Golf avec ceux d’une Golf dotée d’un moteur à essence. À l’achat, l’e-Golf coûte environ 5000 CHF de plus. Mais ensuite, j’économise environ 10 CHF / 100 km (en supposant un prix de 1,60 CHF pour un litre d’essence et 7,5 l d’essence / 100 km). En partant d’une moyenne de 15 000 km par an, je peux donc déjà économiser 1500 CHF. C’est-à-dire qu’en quatre ans j’aurai amorti le supplément de prix initial. L’entretien de l’e-Golf est également plus simple et avantageux. Le véhicule ne nécessite ni ne vidange d’huile ni de nouvelles bougies d’allumage. Disposer de sa propre station de recharge chez soi, constitue évidemment un grand avantage. L’investissement de quelque 2500 CHF pour la station de recharge murale, installation comprise, en vaut la peine, vu le confort que l’on reçoit en échange. Dans un immeuble, les locataires pourraient par exemple installer ensemble une station de recharge.

Vous continuerez désormais à conduire un véhicule électrique?

Oui, absolument! Je ne vois aucune raison de revenir à un véhicule à moteur à combustion.

Les actualités et le contexte de l’univers automobile. Abonnez-vous dès maintenant.

Il n'y a pas encore de commentaires.