«Je me suis glissé dans cet univers», explique Marco Salza avec un léger haussement d’épaules. Âgé de 29 ans, ce mécanicien automobile de formation travaille depuis quatre ans dans l’atelier Classic du Centre Porsche de Zurich, à Schlieren. Après son apprentissage de mécanicien automobile (véhicules à moteur légers), il est entré directement dans l’armée. Ensuite, il a de nouveau sillonné toute la Suisse pendant un an en tant que chauffeur routier. Jusqu’à ce qu’il soit tenté de retourner à la profession qu’il avait apprise. En 2013, il est embauché comme mécanicien automobile chez AMAG Zoug et rejoint ainsi la famille Porsche. Là, il aidait occasionnellement un mécanicien qui réparait des véhicules plus anciens, auxquels aucun appareil de diagnostic ne pouvait encore être raccordé. «Personne d’autre ne voulait travailler avec ces voitures. C’était probablement trop délicat ou trop compliqué pour eux. Trouver où est l’erreur et la corriger peut prendre beaucoup de temps.» Cependant, Marco était fasciné par la mécanique ancienne qui se cachait dans ses voitures et il a continué d’observer et d’aider où il le pouvait. Quand il a intégré l’univers de Porsche à Schlieren il y a quatre ans, il avait déjà beaucoup appris sur les voitures anciennes.

Porsche a sa propre définition de «Classic»: en règle générale, toutes les voitures Porsche dont la production en série a été arrêtée il y a au moins dix ans sont considérées comme «Classics». Pour Marco, en revanche, les Porsche Classics sont essentiellement celles qui sont refroidies à l’air. Les véhicules qui sont des Classics selon la définition de Porsche peuvent aussi être plus récents et, pour Marco, appartiennent davantage à la catégorie des voitures modernes en termes de technique. Quoi qu’il en soit, les Porsche Classic Cars sont une histoire de cœur. Beaucoup de regards deviennent doux et affectueux à la vue d’une 911, beaucoup de rêves d’enfants reviennent à la surface. La passion est d’autant plus grande chez ceux qui ont réalisé ce rêve. «Ce que j’aime dans mon métier, c’est que je travaille beaucoup plus étroitement avec les clients. Ils s’intéressent vraiment au fait de savoir qui travaille sur leur voiture et ce qui est fait exactement. Ni les véhicules ni les mécaniciens ne sont que des numéros», explique Marco Salza. C’est aussi pour cela que c’est plus un hobby qu’un métier pour lui. Le Centre Porsche de Zurich a ressenti cette passion et a ouvert en mars 2018 un atelier Classic. Marco Salza y travaille avec Ruedi Brack, Beni Grimm et Pero Juric. Ruedi Brack était auparavant indépendant et a apporté beaucoup de savoir-faire à l’atelier Classic, qu’il transmet progressivement à Marco.

La soif de connaissances de Marco se reflète également clairement dans ses formations continues: il est technicien certifié Porsche niveau Argent ainsi que technicien certifié Porsche Classic. Dans les deux cas, ce sont des formations initiales et continues internes Porsche que Marco a suivies. Depuis janvier 2018, Marco suit une formation de restaurateur de véhicules. Cette école est indépendante de la marque. De cette façon, il fait la connaissance de nombreux mécaniciens de toute la Suisse. «Le secteur Classic Car est un vaste réseau», explique Marco en faisant un geste qui englobe: «Dans toute l’Europe et parfois au-delà, presque tout le monde se connaît – d’ailleurs, il le faut, car les pièces de rechange et les connaissances sont souvent rares et nous sommes dépendants les uns des autres.»

L’atelier Porsche Classic ne manque pas de travail. Le travail est extrêmement varié: des travaux d’entretien et de réparation aux restaurations complètes, tout y est. Souvent, même un service «simple» est plus complexe qu’avec une voiture moderne. Il suffit qu’une seule vis soit rouillée ou qu’une pièce de rechange ne soit pas disponible. Il faut alors souvent produire celle-ci à la main. «Il faut beaucoup de patience et de persévérance», dit Marco en souriant. Il comprend un peu pourquoi il n’y en a pas beaucoup qui veulent travailler avec les Classic Cars. Ce n’est pas ce que l’on apprend pendant l’apprentissage. Toute la technique et tous les fonctionnements doivent être réappris. Il est également important de savoir comment s’organiser: «Une restauration peut prendre plusieurs années. Mais comme on n’y travaille pas toujours tous les jours, tu dois toujours tout documenter avec précision pour ne pas oublier ce qui a déjà été fait et où se trouvent toutes les pièces.»

Le Porsche Zürich Classic Rallye a lieu pour la troisième fois à Gstaad à la mi-août. Ce rallye est organisé par le Centre Porsche pour les clients et les personnes intéressées et est très bien accueilli. Comme pour presque tous les événements, Marco apporte son aide et a donc déjà échangé ses vêtements de travail pour ses vêtements civils: «En ces occasions, on est avec les clients et c’est toujours très plaisant», dit-il en souriant avant de mettre sa casquette et de partir.


Plus d’articles sur ce sujet

Mon métier passionnant: Un mécatronicien automobile

Welcome@AMAG: à quoi les nouveaux collaborateurs doivent-ils s’attendre?

Porsche 911: d’état correct à parfait

70 ans – 70 symboles: L’ouvrage suisse sur Porsche pour les 70 ans de la marque

 

Il n'y a pas encore de commentaires.