Je m’appelle Anna Fuchs et je travaille chez AMAG en tant que SEM & Social Media Manager. L’une de mes tâches principales est de gérer les sites Web et les canaux de médias sociaux des entreprises AMAG. Mais à quoi ressemble la vie quotidienne dans un garage?

Tenant absolument à en savoir davantage, je suis retournée pendant 24 heures en Suisse orientale, ma région d’origine, où j’ai visité l’atelier AMAG Heerbrugg. Là-bas, j’ai eu le privilège d’accompagner Stefan Giurgola, mécatronicien automobile, pendant une journée.

08h00: La journée commence

Motivée, j’arrive à Heerbrugg. Je ressens aussi un peu de nostalgie, car dans ma jeunesse, j’ai été pendant un temps scolarisée à Heerbrugg. Je regarde attentivement autour de moi pour voir ce qui a changé ces dix dernières années. À l’époque, je passais tous les jours à côté d’AMAG Heerbrugg pour aller à l’école. Jamais je n’aurais alors imaginé que des années après, je rendrais une visite professionnelle à l’entreprise dans la vallée du Rhin.

Je franchis le seuil d’AMAG Heerbrugg, où je suis accueillie par Enrique Rubio, le directeur. Il me conduit à l’atelier. J’y fais la connaissance d’Hanspeter Schweizer, le chef d’atelier, et de Stefan. Ce dernier va

Les casiers où les employés trouvent leurs tâches de la journée.

aujourd’hui me faire découvrir son quotidien en tant que mécatronicien automobile. J’enfile un bleu de travail et attends la suite avec curiosité.

Stefan me montre tout d’abord un mur garni de casiers pour tous les collaborateurs de l’atelier. Le chef d’atelier y distribue chaque jour les tâches en déposant des pochettes de commandes dans les casiers. Toutes les informations importantes relatives au véhicule concerné sont remises aux employés avec chaque commande.

08h30: Voyant moteur allumé et résolution du problème

La première voiture figurant sur la liste de tâches de Stefan est une Audi A3 au voyant moteur allumé. Comme il a jeté dès hier un bref coup d’œil au véhicule, le capot de ce dernier est déjà ouvert.

Pour identifier précisément la source du problème, Stefan branche l’appareil de diagnostic sur la voiture. Celui-ci nous signale que le voyant moteur s’allume,

Stefan Giurgola (à gauche) et Hanspeter Schweizer discutent du résultat de l’appareil de diagnostic.

car le mélange dans le moteur est trop gras. Cela peut être dû à plusieurs raisons. Nous passons ensemble les points potentiels en revue et arrivons à la conclusion qu’il doit s’agir d’un problème avec la sonde lambda. Stefan y avait déjà songé la veille et avait commandé d’emblée la pièce de rechange.

Nous changeons la sonde lambda et effectuons ensuite un essai routier. De retour à l’atelier, Stefan rebranche l’appareil de diagnostic à la voiture – et voilà que l’erreur semble résolue! Au cours de la journée, nous réalisons un nouvel essai routier et branchons encore une fois l’appareil de diagnostic pour avoir la certitude que le problème est bien réglé.

Ce sont ces moments que Stefan savoure le plus dans son travail: le sentiment de réussite après qu’une voiture ait été réparée. La meilleure sensation à ses yeux, c’est quand, après avoir effectué sur le moteur une réparation compliquée qui a pris toute la journée, on tourne la clé de contact et le véhicule fonctionne à nouveau parfaitement.

10h00: Au tour de la voiture numéro 2

Ce travail accompli, le prochain véhicule nous attend déjà. Il s’agit cette fois-ci d’une Audi S6 qui a été amenée au garage pour révision. Stefan a été informé qu’il faut en plus mettre à jour l’unité de contrôle du moteur. Il s’est également penché dès la veille sur ce véhicule et a déjà commandé les pièces de rechange

Je suis aujourd’hui autorisée à donner activement un coup de main.

nécessaires. Je me rends dans l’entrepôt des pièces de rechange et récupère la commande.

Nous procédons au montage des pièces et je constate que ce n’est pas toujours évident, car dans le compartiment moteur, tous les éléments sont très serrés entre eux. Après avoir installé les pièces, nous nettoyons la voiture, effectuons un essai routier et passons à la station de lavage.

12h00: Une pause bien méritée

De retour au garage, c’est déjà bientôt l’heure de la pause de midi. Celle-ci se déroule de 12h00 à 13h30 et permet aux employés de se ressourcer pour la deuxième partie de la journée de travail. Durant cet intervalle de temps, les employés rentrent chez eux, mangent à l’extérieur ou se détendent dans la salle de pause.

13h30: Révision et essais routiers

Stefan Giurgola en plein travail sur l’Audi S6.

L’après-midi, nous nous remettons au travail avec entrain. Notre troisième voiture pour aujourd’hui est une VW Golf Alltrack, qui a été amenée à l’atelier pour révision. Dans la pochette de commande concernant cette voiture, le conseiller technique a joint une liste de tous les points à contrôler. Stefan place le véhicule sur le pont élévateur et le fait monter. Nous retirons la protection sous moteur et dévissons le bouchon de vidange du carter d’huile. Pendant que l’huile s’écoule, nous contrôlons les plaquettes de frein, les pneus et la pression des pneus. Je gonfle les pneus pour rétablir la pression à 2,8 bars.

Nous changeons le filtre à huile, revissons la protection et réalisons le reste des travaux de révision. Après quoi, nous nettoyons les vitres intérieures, passons l’aspirateur sur les tapis, effectuons un essai routier et retournons à la station de lavage. La voiture est prête à être récupérée.

Les essais routiers me donnent la possibilité de faire un peu mieux connaissance avec Stefan. Il me raconte qu’il travaille depuis vingt ans chez AMAG Heerbrugg et qu’il a même accompli son apprentissage dans l’entreprise. Pendant sa scolarité, il avait très vite su qu’il voulait apprendre un métier manuel. Mais c’est plutôt par hasard que le métier de mécatronicien automobi

Je revisse la protection avec le tournevis pneumatique.

Je revisse la protection avec le tournevis pneumatique.

le (autrefois mécanicien automobile) avait croisé sa route: son professeur lui avait conseillé de faire un apprentissage d’initiation chez AMAG Heerbrugg, qui s’appelait encore à l’époque H. Eggenberger AG. L’expérience lui avait tellement plu qu’il avait opté sans plus attendre pour cette formation; une décision qu’il ne regrette à aucun moment. Au fil des années, il a également suivi un certain nombre de cours de perfectionnement, par exemple en tant que technicien Volkswagen et technicien véhicules utilitaires Volkswagen. Il apprécie beaucoup d’avoir toujours été soutenu et encouragé par l’entreprise. AMAG Heerbrugg compte actuellement quelque 51 employés, dont dix apprentis. La cohésion au sein de l’équipe est importante pour Stefan: «Nous sommes comme une petite famille.»

 

Stefan aide son collègue à réinstaller la boîte de vitesses.

17h00: Dernières tâches de la journée

La journée touche à sa fin, et Stefan a achevé tous ses travaux en cours. Cela lui donne le temps de prêter main-forte à ses collègues et de consigner son travail sur informatique, et à moi-même de jeter un dernier coup d’œil.

À 17h30, je quitte AMAG Heerbrugg, en repensant à toutes mes découvertes. J’ai vécu un quotidien qui diffère totalement de mon travail journalier. Cela a été à la fois passionnant et fort instructif. Je remercie Stefan et son équipe de m’avoir laissée les accompagner et apprendre d’eux, et Enrique de m’avoir donné la possibilité de passer une journée chez AMAG Heerbrugg.

L’atelier se vide pour aujourd’hui; il accueillera demain de nouveaux véhicules.

Il n'y a pas encore de commentaires.