Après un apprentissage de mécanicien automobile, Stefan a étudié à l’école de commerce pour travailler ensuite chez un distributeur de pneus. À cette époque, il a été attiré par le poste de vendeur de pièces de rechange au sein de l’ex-société Autorondo AG, rachetée par AMAG en 1997. Stefan a postulé pour cet emploi et a obtenu une réponse positive dès l’entretien de recrutement, au motif qu’il était exactement le candidat souhaité. L’an prochain, Stefan fêtera son 25e anniversaire au service d’AMAG. Hormis un petit crochet par l’administration à Ebikon, Stefan a toujours travaillé toutes ces années à l’entrepôt de pièces de rechange, sur les sites d’Ebikon, d’Oberarth et de Cham. En plus, il a suivi brillamment la formation d’agent commercial technique.

Processus de travail dans l’entrepôt de pièces de rechange

Les tâches principales de Stefan comprennent notamment le regroupement et la mise à disposition des pièces de rechange commandées. Stefan passe en plus les commandes quotidiennes, établit les ordres, soumet les offres et gère les clients tant au guichet qu’au téléphone. Une activité très polyvalente et variée. L’atelier est le principal client de l’entrepôt. Mais il arrive aussi que des clients privés passent récupérer des pièces commandées. Des pièces détachées pour l’ensemble des 5 marques (VW, Audi, SEAT, ŠKODA, VW Véhicules Utilitaires) sont disponibles dans l’entrepôt d’AMAG Zoug.

Un site qui ouvre à 7 h15 et ferme à 18 h 30. Pendant la journée, trois délais essentiels doivent être respectés:

10 h 00
10 h 00 du matin est le délai limite de commande pour les commandes qui doivent être réceptionnées le jour même.
15 h 00
Avant 15 h 00 au plus tard, il faut passer les dénommées commandes de stock, qui sont réceptionnées le lendemain après-midi. Ces commandes sont sciemment passées pour le jour suivant, et pas le même jour. Cette procédure est efficace, permet une réduction de prix supérieure et donne plus de temps de préparation au grand entrepôt logistique de Buchs. Presque toutes les pièces sont livrées par le centre logistique des pièces d’AMAG de Buchs. Celui-ci regroupe plus de 100 000 pièces détachées d’origine des marques VW, Audi, SEAT, ŠKODA et VW Véhicules Utilitaires.
17 h 00
Le dernier délai important se situe à 17 h 00. Il s’agit du délai limite de commande pour les commandes du soir qui sont livrées pendant la nuit, de manière à ce qu’elles soient prêtes pour la distribution tôt le matin.

Ce qui est spécial à l’entrepôt des pièces de rechange d’AMAG Zoug, c’est qu’il dispose par ailleurs d’un service de réparation de carrosserie certifié Tesla. Seuls Stefan et un collègue de travail ont compétence pour ce domaine. Tesla étant une très jeune entreprise,Stefan a dû commencer par assimiler les processus de commande et leur déroulement. Comme les commandes sont passées en anglais, ce fut au début un défi linguistique, mais Stefan a vite acquis le vocabulaire nécessaire. La possibilité de connaître une jeune entreprise automobile est intéressante et instructive, et permet de varier le quotidien de Stefan. Précédemment, les pièces de Tesla étaient livrées directement par la Californie. Aujourd’hui, elles arrivent de Hollande.

L’entrepôt est assez bien rempli de pièces de rechange à chaque saison et il reste peu de places libres sur les étagères. Pendant la saison des pneus en hiver, la situation atteint son paroxysme et tout est plein. Toutefois, les choses se calment à nouveau après la saison des pneus. Physiquement parlant, le travail n’est plus aussi difficile qu’auparavant. Stefan regrette vivement qu’il n’y ait plus de femmes qui exercent ce métier, car il s’agit d’une profession très diversifiée et passionnante. Stefan a ainsi fait la connaissance de sa partenaire, laquelle travaille depuis 35 ans chez AMAG et officie aujourd’hui à l’entrepôt de pièces de rechange de Buchrain. Et ce alors qu’ils œuvraient ensemble dans l’entrepôt régional.

En tant que champion suisse à destination de l’Espagne pour le championnat du monde

Ce qui le réjouit le plus dans son métier, c’est d’avoir à relever le défi de régler des missions complexes et d’aider autrui. Il est fréquent que des personnes viennent le voir et aient besoin d’aide dans la recherche et la mise à disposition de pièces appropriées. Trouver la bonne pièce de rechange n’est pas aussi simple qu’on se l’imagine. Les processus se sont certes simplifiés par rapport à précédemment, avec la progression du numérique. Pourtant, il arrive qu’une pièce de rechange soit disponible pour une marque, mais qu’elle ne figure pas dans le catalogue correspondant pour une autre marque. Il faut donc de la créativité et du savoir-faire pour trouver la pièce adaptée. Après 25 ans passés à l’entrepôt de pièces de rechange, Stefan a énormément d’expérience, connaît l’existence de certaines pièces «invisibles» et sait les associer et les utiliser correctement. Il a déjà prouvé à maintes reprises ses remarquables compétences. Il est vrai que Stefan a participé à un concours dans la rubrique «Service des pièces détachées» et est devenu champion de Suisse dans sa catégorie. Pour premiers obstacles, il lui a fallu remplir un questionnaire en ligne et se soumettre encore à un examen pratique et écrit après la qualification. Mais ce ne fut pas tout. Stefan, le champion suisse, a réussi à se rendre ensuite au Championnat du monde en Espagne, près de Barcelone, et il s’est hissé à l’excellente 8è place.

Petites et grandes pièces

Stefan parle brièvement des 2500 postes de stock et plus de l’entrepôt d’AMAG Zoug. La pièce certainement la plus coûteuse à changer est un moteur complet. Ensuite, on trouve aussi des pièces intelligentes «nice to have»comme un grattoir à glace intégré dans le clapet du réservoir de carburant. Ou un dispositif dans les garnitures de portes, dans lequel on peut ranger un parapluie et l’avoir ainsi immédiatement à portée de main pour sortir de la voiture. Il y a encore des pièces intelligentes, tel le capteur radar monté sur l’assistant de changement de voie. Ces capteurs sont installés dans les pare-chocs et contribuent fortement à un surcroît de sécurité dans la circulation routière. Certaines pièces de rechange portent l’inscription «DATA» en rouge, parce qu’elles ont une date d’expiration. C’est le cas non seulement des liquides moteur et pâtes de lubrification, mais aussi des balais d’essuie-glaces, car le caoutchouc vieillit même s’il n’est pas utilisé et devient cassant. Même parmi les pièces de rechange, certaines sont plus difficiles à manipuler. À l’exemple d’une minuscule bague d’étanchéité, employée sur les moteurs diesel (voir photo). Le seul fait «d’aller à la pêche» dans le stock constitue un défi pour des mains imposantes.

Stefan aime son métier de vendeur de pièces de rechange et nous espérons qu’il restera 25 ans de plus chez AMAG.

Autres articles sur le thème:

Mon métier passionnant: chauffeur du service de livraison

Les collaborateurs au centre de l’attention: Gezim Zega

Références en matière de logistique des pièces

Pleins feux sur les collaborateurs: Daniel Marbach

Il n'y a pas encore de commentaires.