Pierluigi Zanandreis se consacre complètement à la technique automobile depuis déjà longtemps: après son apprentissage de mécanicien automobile dans le Kreuzgarage à Aarau, il rejoint AMAG à la mi-avril 1976, dans l’atelier Volkswagen. «J’ai travaillé dans ce département jusqu’en 1991 et j’y ai vécu des moments passionnants. Nous avions par exemple des commandes spéciales pour l’armée ou la Poste Suisse, pour lesquelles nous avons transformé des bus ou des Caddy VW pour des domaines d’activité particuliers», se souvient Pierluigi Zanandreis avec un sourire, avant d’ajouter: «À cette époque, la Poste avait besoin de véhicules plus petits qu’un VW T2. Comme nous n’avions pas de tels véhicules, nous avons dû faire importer des VW Caddy de Californie et les transformer en conséquence, parce qu’ils n’étaient pas homologués pour l’Europe et ils avaient entre autres des données en miles et d’autres phares. Nous avons également retiré les catalyseurs car à l’époque, les véhicules en Suisse n’en étaient pas encore équipés et n’étaient donc pas homologués. En outre, à cette époque-là, nous effectuions encore des révisions sur les transmissions automatiques. Un travail très passionnant qui m’a appris avant tout à travailler soigneusement.»

De l’établi aux bancs de l’école

Après 15 ans d’atelier, Pierluigi Zanandreis a changé en 1991 pour l’école du service après-vente, où il a travaillé comme formateur technique. «Au début, ce département était composé de cinq formateurs au total; aujourd’hui, nous avons déjà atteint 33 collaborateurs et, en plus de la formation technique, nous incluons également la formation Sales et Aftersales, ainsi que toute l’administration, qui n’existait pas encore à l’époque», explique Pierluigi Zanandreis. Ceci souligne une fois de plus qu’il est important que les collaborateurs reçoivent des formations initiales et continues régulières sur les innovations techniques et soient informés sur les nouveautés.

Les salles de formation sont parfaitement équipées et permettent d’enseigner à la fois des cours théoriques et des travaux pratiques. «Auparavant, nous travaillions avec des diapositives et des rétroprojecteurs. Nous recevions les documents nécessaires de l’usine. Afin de rendre les cours un peu plus attrayants, nous avons acheté une caméra vidéo et produit nos propres vidéos explicatives. Nous n’avions pas d’ordinateur non plus au début. Donc si quelqu’un voulait faire quelque chose sur le PC, il rentrait chez lui et travaillait sur son ordinateur personnel», raconte Pierluigi Zanandreis.

Pierluigi Zanandreis (4e en partant de la droite) avec ses collègues de travail devant l’ancien centre de formation AMAG en 1996. Plus connu aujourd’hui sous le nom d’AMAG Academy.

Pierluigi Zanandreis (4e en partant de la droite) avec ses collègues de travail devant l’ancien centre de formation AMAG en 1996. Plus connu aujourd’hui sous le nom d’AMAG Academy.

Aujourd’hui, c’est tout à fait différent. Plus de 130 tablettes sont utilisées pendant les sessions de formation, on travaille avec des codes QR et des lunettes de réalité virtuelle et les documents de formation ainsi que les présentations PowerPoint ne sont plus imprimés mais distribués sous forme de fichiers. «Le changement technologique permet de nombreuses méthodes d’enseignement intéressantes. Néanmoins, il faut faire attention à ne pas s’y perdre», ajoute Pierluigi Zanandreis.

Ce sont les détails qui font la différence

De 1991 à 2011, Pierluigi Zanandreis a été formateur technique et directeur technique adjoint, formant des centaines, si ce n’est des milliers de mécaniciens et mécatroniciens automobiles aux dernières technologies. «Il m’est déjà arrivé de donner le même cours pendant trois mois parce qu’il s’agissait de technologies, de systèmes ou de modèles de véhicules complètement nouveaux», se souvient Pierluigi Zanandreis. Pour des cours d’une telle ampleur, les préparatifs duraient parfois facilement jusqu’à quatre semaines.

Des véhicules sont également disponibles pour les formations sur la carrosserie.

Des véhicules sont également disponibles pour les formations sur la carrosserie.

Pierluigi Zanandreis a vécu d’innombrables beaux moments durant ses années chez AMAG. Il se souvient surtout de feed-back de spécialistes ou d’enseignants des écoles professionnelles. «C’était un super sentiment quand des experts venaient me voir après mes formations et me disaient qu’ils avaient appris quelque chose», raconte Pierluigi Zanandreis avant de continuer: «Ces retours nous ont toujours encouragés dans notre travail et nous ont énormément motivés.» Il aime aussi se rappeler les transports de personnel durant ses années d’atelier: «Nous avons formé des covoiturages allant jusqu’à neuf personnes pour nous rendre ensemble au travail. C’était très amusant mais cela supposait aussi une bonne coordination, car il fallait entre autres que tout le monde termine le travail en même temps.»

Pierluigi Zanandreis préparait à chaque fois jusqu’à quatre véhicules pour les sessions de formation. Des erreurs y étaient notamment cachées, que les élèves devaient ensuite trouver et corriger.

Pierluigi Zanandreis préparait à chaque fois jusqu’à quatre véhicules pour les sessions de formation. Des erreurs y étaient notamment cachées, que les élèves devaient ensuite trouver et corriger.

En 2012, Pierluigi Zanandreis a été promu directeur technique d’AMAG Academy. Il a occupé ce poste jusqu’à sa retraite fin juillet 2019. Assez de l’école? Ce n’est pas le cas pour Pierluigi Zanandreis! «J’ai l’occasion de continuer à travailler sporadiquement pour AMAG. Une très bonne chose! Mais maintenant, je vais faire un voyage à Berlin, puis je veux rafraîchir mon anglais, car qui sait ce que l’avenir me réserve encore», conclut Pierluigi Zanandreis, le sourire aux lèvres.

AMAG remercie Pierluigi Zanandreis pour ses 43 ans passés chez AMAG!

Il n'y a pas encore de commentaires.