La Matinée Impulsion AMAG a débuté comme toujours par le discours d’introduction de l’orateur invité. Urs Schaeppi, CEO et chef de Swisscom (Suisse), a montré une présentation sur la «Numérisation: l’avenir de la société fonctionnant en réseau» et a informé les participants sur les faits révélateurs, sur le passé et l’avenir de la numérisation.

Les quelque 70 invités issus des milieux politiques et économiques ont appris ce qu’était la numérisation au fond, quelles grandes tendances se dessinaient pour l’avenir et quelles pourraient en être les influences sur notre économie. Les grandes tendances à venir pour Monsieur Schaeppi sont la numérisation, le développement durable et l’urbanisation, resp. la propension aux mégapoles.

Suite à la numérisation, les affaires se développent de façon exponentielle et la connectivité du monde aboutit à un dynamisme énorme dont les effets se font également sentir en Suisse. Le CEO de Swisscom a expliqué qu’après la mise en réseau de tous les objets de la numérisation, l’intelligence artificielle allait suivre, sachant qu’elle débute actuellement avec Big Data. Ceci représente une chance pour la Suisse et non une menace puisqu’il y aura toujours des emplois ne pouvant pas être automatisés.

Brouillon auto 8

La numérisation est perceptible dans toutes les branches, a encore précisé Urs Schaeppi, elle impacte quatre niveaux: le modèle commercial, les produits (personnalisation), l’automatisation des processus et la collaboration (les jobs deviendront virtuels). À son avis la mobilité évoluera également, a ajouté Monsieur Schaeppi. Les volumes augmenteront d’une part et les besoins des clients changeront d’autre part. L’homme souhaite une mobilité «as a service».

Urs Schaeppi a complété son exposé en insistant sur le fait que les conditions générales devaient être appropriées pour pouvoir exploiter les opportunités de la numérisation. Ce qu’il fallait, c’était une bonne infrastructure, les mêmes échelles de valeur en termes de sécurité, des conditions préalables régulatrices par rapport aux grands intervenants internationaux, un écosystème sain tout autour de la numérisation permettant l’ouverture et la tolérance face aux erreurs et créant des emplois, resp. des formations. Une époque extrêmement passionnante nous attend. La Suisse devrait chercher à en profiter.

Les actualités et le contexte de l’univers automobile. Abonnez-vous dès maintenant.

 

Il n'y a pas encore de commentaires.