Patrick, l’intitulé officiel de ta fonction est Teamleader Technology & Analytics au sein du groupe AMAG. Qu’est-ce que ça veut dire?

Au sens large, il s’agit de relier les données et les modules technologiques d’AMAG Ventures, notamment Clyde et autoSense, aux données et chaînes de processus du groupe AMAG, de les associer, ce dans le respect permanent de la protection des données et de la pertinence, et d’en tirer des enseignements rentables.

Cela semble très intéressant, tout en restant assez cryptique. Comment faut-il s’imaginer cela concrètement?

Prenons l’exemple d’autoSense. L’adaptateur autoSense fournit des données du véhicule. Si le client nous a remis activement son consentement, ces données peuvent nous aider à mieux comprendre l’état du véhicule et la situation de nos clients et de les encadrer plus activement. Il est par exemple possible de constater à distance que les plaquettes de freins d’un véhicule doivent être remplacées prochainement.

Clyde: Clyde offre l’abonnement automobile le plus flexible de Suisse. www.clyde.ch

autoSense: autoSense – ta voiture dans une appli

autoSense SA souhaite rendre la mobilité plus efficiente, sûre et confortable, ce en connectant toutes les conducteurs suisses à leur voiture, en partageant avec leur consentement leurs données de manière transparente avec des tiers, et en générant ainsi une valeur ajoutée directe pour son propre compte.

Les pièces maîtresses sont un adaptateur OBD2 qui est branché dans la voiture et qui transmet des données par le biais d’une carte SIM, ainsi que l’application gratuite autoSense pour smartphone qui permet de présenter ces données à l’utilisateur. www.autosense.ch

Si maintenant nous joignons les données du client à ce constat, si nous contactons le client proactivement pour lui soumettre une proposition de solution et de rendez-vous sur mesure, alors ce suivi personnalisé peut permettre d’éviter au client de subir des dommages inattendus.

Reprenons l’exemple des plaquettes de freins et développons un peu plus. Nos systèmes nous permettent de gérer les données de l’historique du véhicule et des pièces qui y sont montées. Nos spécialistes de l’atelier sont en mesure de nous expliquer avec une précision impressionnante quel est l’état d’usure de la matière pour chaque véhicule et dans quelles conditions. Si nous compilons ces constats avec les données d’autoSense, nous sommes alors en mesure de faire des prédictions de maintenance avec une précision chirurgicale. Cela nous permet donc, s’ils le souhaitent, d’accompagner activement nos clients privés et commerciaux afin qu’ils réalisent des investissements au bon moment et au bon endroit.

Et quel rôle ton job joue-t-il dans ce scénario?

Les données dont nous avons besoin pour cela sont en principe disponibles. Mais pour être utiles, elles doivent être regroupées de manière appropriée, au bon moment et au bon endroit. Et ce, dans le respect permanent de la protection des données, du consentement du client et de la sécurité des informations. C’est ce dont je m’occupe entre autres.

Jetons un coup d’œil vers l’avenir. Comment la mobilité évolue-t-elle et quel rôle les données vont-elles jouer?

Nous nous situons à la fin d’un cycle. L’achat d’une belle voiture constitue aujourd’hui encore un modèle commercial courant. Le véhicule fait dans ce cadre l’objet d’émotions importantes, ce qui se reflète dans son entretien. Mais des changements s’annoncent, en particulier dans les zones urbaines et parmi la jeune génération. La possession et l’entretien font place à la volonté de «payer pour utiliser».

Nous assistons déjà au bannissement des voitures à moteur à combustion hors des villes, et peut-être bientôt de pans entiers du transport automobile privé. Les personnes voyageant individuellement doivent échanger leur voiture contre un micromobile dans les dites «zones de changement de véhicule» aux frontières de la ville. Les jeunes citadins souhaitent moins se déplacer en voiture et ne passent souvent même plus le permis de conduire. Ils s’orientent au moyen de leur smartphone, se déplacent en transport public, en trottinette et vélo électrique. Ils utilisent ces modes de transport pour aller facilement d’A à B, sans émotion particulière.

En tant qu’AMAG, nous sommes en mesure de faire face à ces scénarios, ce en vue de répondre à cette nouvelle demande potentielle grâce à une offre adaptée. Nous avons une excellente situation de départ, peut-être même une des meilleures en Suisse.

Quel est le rapport avec les données?

Pour trouver des solutions et créer une réelle valeur ajoutée, nous devons connaître le comportement de nos clients. Nous devons savoir comment les personnes se déplacent, quand elles le font et dans quelles conditions elles utilisent quel mode de transport. Il est important de comprendre comment un sac plein de courses, un samedi après-midi, influence les besoins de notre client en matière de mobilité, afin que nous puissions lui proposer à sa demande la solution la plus adaptée.

Pour le découvrir, il faut relier soigneusement les données qui nous ont été confiées hier, aujourd’hui et demain, les interpréter et identifier les besoins. Cela représente une étape importante sur la voie sur laquelle nous nous situons chez AMAG: devenir le premier fournisseur de mobilité individuelle durable. Car sans données, tout n’est rien.

Mais tout cela est encore de la musique d’avenir, n’est-ce pas?

Jusqu’où cela reste de la musique d’avenir aux yeux des gens, ou plutôt à leurs oreilles, est une question d’imagination. Nous vivons souvent selon des modèles. Notre monde se compose à partir de ce que nous connaissons, de ce que nous avons toujours fait. Et pourtant, les innovations s’imposent en deux temps, trois mouvements, et quelque chose que personne n’aurait imaginé hier est aujourd’hui une réalité absolue. Les exemples sont innombrables: le téléphone portable. Le smartphone. L’appareil photo numérique. Le shopping en ligne. WhatsApp. Et il fut un temps: l’automobile.

Les domaines dans lesquels nous évoluons aujourd’hui sont d’envergure: la transition mobile. La transition énergétique. Le changement socio-démographique. La numérisation. J’ai la certitude que nous allons connaître des changements encore plus importants au cours des prochaines années que dans le passé récent. Si on y réfléchit, la musique d’avenir de demain est aujourd’hui déjà clairement audible. Pour nous, chez AMAG, cela pourrait donner une splendide symphonie.

Patrik Zihlmann

Après avoir grandi à Lucerne, Patrik débuta par une formation d’agriculteur. Puis il quitta les étables et leurs valeurs concrètes par curiosité pour le secteur financier et effectua une formation de base d’employé de commerce.

En chemin, il se découvrit une fascination pour les données et la technologie. Il suivit ensuite une formation technique sur plusieurs années et obtint en cours d’emploi le diplôme fédéral d’informatique de gestion.

Patrik posa ainsi les bases de sa carrière professionnelle. En plus de ses fonctions auprès d’entreprises renommées telles que NCR, SAS, Business Objects et SAP, Patrik fonda sa propre start-up dans le domaine de l’automatisation des processus et de l’analyse des données, qu’il transféra plus tard avec succès à un nouveau propriétaire.

Patrik travaille maintenant depuis plus de deux ans au sein du AMAG Innovation & Venture LAB en qualité de Teamleader Technology & Analytics, où il peut laisser libre cours à sa passion pour les données, les analyses et la technologie dans le contexte de la mobilité et de la «voiture». Il a trouvé sa voie et se consacre au quotidien à ce qui l’a toujours passionné.

Il n'y a pas encore de commentaires.