De quoi s’agit-il? Commençons par le début. Fabian a rejoint l’AMAG Innovation & Venture LAB en 2018. Deux ans plus tôt, après avoir obtenu son diplôme de bachelor, il a commencé comme stagiaire dans le Group Marketing. Il est sur le point de terminer son master à la ZHAW en juin 2021 et travaille à 70% dans l’équipe d’innovation du LAB pour le développement commercial et pour le scouting.

Retour à la tolérance à la frustration. 

Fabian, peux-tu nous expliquer comment cela doit être compris? Tolérance à la frustration?

Fabian Oechsli

Eh bien, nous sommes constamment à la recherche de sujets qui pourraient donner lieu à des idées commerciales passionnantes pour AMAG. Nous examinons de plus près les idées prometteuses et essayons de les transformer en entreprises. Notre approche consiste à parvenir à un Minimal Viable Product (MVP) par le biais de tests itératifs de divers prototypes. Il s’agit généralement d’un produit qui se concentre sur les fonctionnalités les plus importantes pour un segment de clientèle spécifique et qui peut être lancé sur le marché aussi rapidement que possible. Cela nous permet de recueillir rapidement un véritable retour d’information afin d’améliorer continuellement le produit.

Et qu’est-ce qui est frustrant dans tout ça?

Bien sûr, peu d’idées arrivent à ce stade. De nombreuses idées «meurent» en cours de route parce qu’on se rend compte, par exemple, qu’elles n’ont pas de raison d’être, qu’elles ne sont pas réalisables sur le plan technique ou logistique, ou qu’elles n’ont tout simplement pas de sens sur le plan financier. Et si, sur dix sujets, un seul est retenu, il ne faut pas s’en faire, il faut vivre avec. Je ne pensais pas qu’en tant que personne plutôt structurée, je serais capable de faire face à ce niveau élevé d’incertitude dans l’environnement de l’innovation. Mais je pense que c’est plutôt cool maintenant.

Comment tester les idées?

Toujours en contact direct avec le client. Les idées de nouveaux modèles commerciaux émergent souvent de la recherche, mais la question de savoir si elles deviennent réellement un nouveau domaine d’activité, une nouvelle entreprise, ne peut être vue que dans un échange direct avec le client. On remarque alors rapidement si une idée a du potentiel. Et si c’est le cas, comment un produit ou un service correspondant doit être conçu pour réussir. C’est aussi l’un des domaines que j’apprécie le plus personnellement. Des hypothèses sont formulées, puis vérifiées lors d’un échange avec le client. Souvent, une esquisse suffit pour expliquer une idée. Le client nous fait ensuite savoir très rapidement ce qu’il pense de l’idée et ce qu’il faut encore améliorer.

Et à quoi ressemble l’interaction avec le groupe AMAG?

La coopération est bien sûr très étroite. Cela commence par le fait que, souvent, l’impulsion d’une nouvelle idée vient directement de l’unité commerciale, selon la devise: «Vous ne pouvez pas regarder de plus près?» Mais la collaboration est également extrêmement précieuse pour l’élaboration de dossiers commerciaux concrets. Prenez par exemple AMAG Leasing ou AMAG Parking. Il existe un immense savoir-faire, sans lequel le développement d’une idée en une nouvelle entreprise ne serait souvent pas possible.

En plus de ton travail au sein du LAB, tu devras également réaliser votre mémoire de maîtrise. Comment doit-on s’imaginer étudier à l’époque de Corona? Est-ce que ça marche?

Le premier semestre du programme de maîtrise a été tout à fait normal pour moi. Puis au printemps 2020, ils sont passés aux cours en ligne. Sur le plan du contenu, cela fonctionne étonnamment bien. Avec les examens c’est déjà plus difficile, il faut tout correspondre aux règlements, là on doit arranger partiellement les questions d’examen aussi différemment. Et bien sûr, on perd un peu le contact avec ses camarades de classe, ce qui est bien dommage. En effet, l’échange entre les étudiants a été très enrichissant, puisque chacun travaille en même temps et pouvait donc compléter les cours et les discussions de pause par de précieux exemples pratiques. Et aujourd’hui, alors que tout se passe en ligne, cet aspect social est malheureusement réduit à l’extrême.

Ta thèse de maîtrise porte sur le stationnement intelligent. Peux-tu nous en parler en conclusion?

Le stationnement intelligent englobe un grand nombre de choses. Même les systèmes de guidage de stationnement utilisés aujourd’hui en font partie à proprement parler. Ou encore le système de reconnaissance des plaques d’immatriculation déjà largement utilisé en Scandinavie, sur la base duquel les frais de stationnement sont ensuite facturés. Mon travail s’intéresse principalement à la question de ce que le consommateur accepte. Car il y a le conflit classique dans la pièce: commodité contre protection des données. Et bien sûr, ce ne sont pas seulement les intérêts des clients qui jouent un rôle, mais aussi ceux des villes et des entreprises. Parce qu’en fin de compte, cela ne fonctionne que si tout le monde y trouve son compte.

Fabian, merci beaucoup pour cet entretien et bonne chance pour l’achèvement de tes études.

Plus articles sur AMAG LAB

Il n'y a pas encore de commentaires.